Brouhaha au resto, l’importance d’une bonne acoustique dans l’hostellerie.

Artikel toegevoegd op

L’acoustique au menu

Il ne suffit plus aujourd’hui d’offrir une gastronomie de qualité ainsi qu’un cadre agréable. Il est tout aussi important d’avoir une bonne acoustique.
Quoi de plus décevant que d’avoir un excellent repas en bonne compagnie et de rentrer à la maison avec une tête comme un seau parce que vous avez eu l’impression de dîner dans un hall de gare.
Les critiques sur internet suivront et seront primordiales. Si vous cherchez un restaurant ou une brasserie sur google, vous allez automatiquement lire les expériences sur le net. Ces commentaires influenceront en grande partie votre choix.
Ne bagatellisons donc pas un investissement en acoustique. Il permettra à vos clients de se sentir bien dans votre établissement qui le feront savoir par internet ou par le bouche-à-oreille.
A l’inverse, même si le repas fut excellent, le manque d’audibilité dans un espace rendra la note finale négative.

L’effet Lombard

Dans l’hostellerie, pour des raisons d’esthétique, d’hygiène et d’entretien, on opte souvent pour des matériaux lisses et durs. Ces matériaux sont non seulement très beaux mais ils sont aussi faciles à nettoyer.
Les sols carrelés, le béton, les grandes baies vitrées, les meubles laqués provoquent des réflexions sonores dérangeantes.
Lorsque des conversations ont lieues simultanément à différentes tables, vous allez constater un phénomène particulier, appelé l’effet Lombard.
Les réflexions sonores font que chaque interlocuteur a l’impression d’entendre sa propre voix. Il va en premier lieur se pencher vers la personne en face car il pense ne pas être entendu. Après un certain temps, il commencera à parler plus fort ce qui provoquera une hausse de ton chez les interlocuteurs assis dans les environs. Au plus de sources sonores, ou plus les réflexions de bruit s’intensifient et au plus les conversations deviendront fortes.
Le calme ne reviendra que le lorsque le nombre d’interlocuteurs diminue.

Les mousses ou feutres en dessous des tables : un mythe

Dans l’horeca, les clients sont le plus souvent installés à des tables ou au bar. Lorsque ces personnes conversent, une grande partie des ondes sonores se reflètent sur les dessus des tables ou le comptoir de bar. La plupart de ces ondes partent donc en direction du plafond. C’est donc un mythe de vouloir absorber le bruit en dessous des tables ou des chaises. En premier lieu parce que ces ondes ne s’y trouveront quasi pas. De plus, les mousses ou feutres sont trop fins pour absorber suffisamment.

Une cuisine ouverte, le bruit circule.

La tendance à la transparence fait que de plus en plus de cuisines sont ouvertes sur la salle de restaurant. Cela permet de voir la propreté, la préparation des mets et la fraicheur des plats.
Mais une cuisine est aussi un lieu où beaucoup de bruit est provoqué. Le bruit se propage par les surfaces dures et lisses vers la salle.
Ces réflexions sonores peuvent être enlevées pour une grande partie en plaçant des panneaux absorbants au plafond.

Solutions acoustiques sur mesure

En hostellerie, il est très intéressant de placer des panneaux acoustiques au-dessus des tables. Au plus près vous les placez de la source sonore, au plus vite elle sera absorbée.
Il est aussi possible de fixer des panneaux acoustiques muraux en face des fenêtres. Les baies vitrées provoquent en effet une très grande partie des réflexions sonores.
Cotese Acoustics vient sur place pour faire une mesure du temps de réverbération. Sur base de celle-ci, on pourra établir exactement le nombre de mètres carrés nécessaires pour absorber la réverbération.
Ensemble avec le propriétaire/gérant de l’établissement, Cotese Acoustics cherchera alors les solutions acoustiques adaptées au budget et à la décorations d’intérieur.
N’hésitez-donc surtout pas à prendre contact avec nous pour une demande de prix ou de mesure gratuites.

 

Ne bagatellisons pas un investissement en acoustique. Il permettra à vos clients de se sentir bien dans votre établissement qui le feront savoir par internet ou par le bouche-à-oreille.